Rechercher sur le site...

 

 

Notre calendrier...
Vous pouvez synchroniser votre gestionnaire de calendrier iCal avec notre calendrier

 

Les services d’Internet

 

Ce texte d’initiation est un peu ancien (il date de 1998), mais a l’avantage d’être simple et de poser des bases...

dimanche 24 avril 2005.

 

Internet, c’est une infrastructure de communication, des fils interconnectés. Sur ces fils, on escompte que des communications vont pouvoir s’établir. Mais pour communiquer, il faut passer par des protocoles de communication, des systèmes transparents pour l’utilisateur qui évitent de mettre la main dans le cambouis informatique et de se poser des questions sur le type de machine du correspondant, son matériel, son équipement. L’histoire à permis de définir plusieurs protocoles qui correspondaient à des types précis de communications. Naturellement, ces protocoles permettent des transferts de plus en plus riches et complexes au fil du temps, c’est à dire de l’accroissement des ressources informatiques.

Le courrier électronique

Historiquement, on a commencé à utiliser Internet pour transmettre du courrier, c’est à dire pour gérer des boites à lettres électroniques. Les messages étaient des messages textuels, en général assez brefs (quelques pages) On pouvait aussi associer à un message un fichier. Il s’agissait d’un fichier « attaché ».

Une adresse

Pour utiliser le courrier électronique, il faut disposer d’une adresse, un identificateur. Aujourd’hui, les adresses sont relativement normalisées. Elles sont constituées d’un identificateur personnel (un ID) et d’un identificateur de machine.

Ainsi, si vous êtes abonné au centre de calcul interuniversitaire de Toulouse, votre adresse pourrait être :

 martin@cict.fr

 En fait, la véritable adresse serait : martin@mail.cict.fr
 Mais les automates reconstituent le « mail. » manquant.

Lorsque je vois cette adresse, je déduit que martin est français (.fr) et qu’il a un compte au cict, c’est à, dire à l’université de Toulouse.

Un logiciel de mél

Pour gérer sa BAL, on utilise un logiciel spécifique. Citons pour mémoire : Eudora, Internet mail, Claris Emailer pour les ancêtres... et au 21ème siècle, mail, Thunderbird, outlook, entourage...

Ces logiciels permettent en général de relever son courrier en mode sécurisé (vérification du mot de passe), envoyer le courrier, changer de mot de passe, automatiser la signature, procéder à des envois multiples sur liste.

Prenez l’habitude de relever votre courrier le plus souvent possible (une fois par jour, ou plus).

Le transfert de fichier (FTP)

Le système de l’attachement permet de transmettre un fichier à une personne identifiée, mais la taille du fichier est souvent limitée par la taille de ma BAL et la bonne volonté de mon prestataire de service. Cela ne me permet pas d’aller chercher n’importe quel fichier sur n’importe quelle machine sur laquelle je possède des droits.

Pour cela, on a imaginé un autre protocole de communication : le FTP (File Transfert Protocol).

Il me permet d’accéder à n’importe quelle machine qui possède un accès permanent à Internet comme si elle était sur mon réseau local, c’est à dire, comme s’il s’agissait d’une ressource locale.

Lire sur le répertoire public

Sur beaucoup de machines connectées à Internet et disposant d’un serveur FTP, on a prévu des droits pour l’ensemble du public. En général, il s’agit d’un accès en lecture seule sur une zone de ce système. Souvent, cette zone est un dossier nommé « pub » pour « Public ».

Pour y accéder, lors de la demande d’identification, il suffit de s’identifier sous l’ID « anonymous » et de donner comme mot de passe, soit « guest » (invité), soit votre mèl (Email).

Il y a de véritables trésors sur le FTP Anonyme. Mais il est très difficile de trouver ce que l’on cherche. Surtout quand on pense à tout ce que vous ne retrouvez plus sur votre propre disque dur...

Chercher dans la jungle du FTP

A noter qu’il existe des sites (les sites « Archi ». Le site Archi français est à l’université de Rennes) qui mémorisent dans une base de donnée le contenu de tous les sites FTP du réseau. Cela fait du monde...

Pour chercher sur un site Archie, il faut disposer d’un logiciel qui connaisse ce protocole. Dans le monde Mac, l’un des meilleurs clients Archie est Anarchie, qui permet après recherche sur un site quelconque (le plus proche de votre pourvoyeur) de récupérer le fichier identifié.

Anarchie est aussi un excellent client FTP. Tout comme Fetch, il permet de gérer les requêtes graphiquement et reconnaît le cliquer-glisser.

Sur PC, on utilisera un logiciel de la famille des WS-FTP.

Transférer vos fichiers

Les logiciels de FTP permettent non seulement d’aller chercher des fichiers, mais aussi d’en envoyer sur les serveurs où vous disposez d’un droit d’écriture.

Le web et HTML

Le web, pour le béotien moyen, c’est ça Internet...

Le web est indissolublement lié au langage HTML

HTML : Un langage hypertexte

Le langage HTML, enfant de théories de l’information des années 40, et du génial Hypercard, a été inventé au CERN de Genève en 1989. Il s’est peu à peu enrichi, intégrant d’abord les images, puis des éléments de mise en page (listes, tableaux...), avant d’intégrer sons et animations.

Pour naviguer dans l’information

Les navigateurs HTML (clients HTML) permettent de naviguer au moyen de liens hypertextes de site en site sur Internet. La logique n’est plus celle du serveur que l’on visite, mais celle des liens sur le contenu. Le contenu d’une page n’a plus de localisation précise, une même page peut contenir des éléments dispersés sur une multitude de sites réels (texte, images, sons, animations...). Ce qui compte, c’est l’information et son organisation plutôt que son regroupement en un site particulier.

Article présenté par patrick Lanneau